• Fast-food à la nigériane : Mama Cass (3)

    Quoi ? Mama Cass (Mama Cass Restaurant Limited).

    Où ? A Lagos, Ogun, Edo, Abuja et au Royaume-Uni

    Qui ? Charis Onabowale est le Directeur Général du Groupe. Alors qu’elle vendait des pâtisseries au marché local, elle remarque que les travailleurs à cols blancs s’arrêtent le long de la route pour profiter de plats traditionnels faits maison. Elle se rend compte qu'il y a un besoin de plats maisons dans un environnement plus propre, qui doivent être frais et servis rapidement.

    Quand ?

    -          Fin 1981, Onabowale transforme une petite boutique (un "bukka", petit restaurant de rue de Lagos) au marché Alade, dans Allen, où elle vendait des pâtisseries dans une petite boîte de rangement à des travailleurs et à d’autres commerçants, alors qu'elle était encore employée, en une entreprise valant plusieurs milliards de nairas.

    -          En Novembre 1983, elle a ouvert son premier restaurant « Mama Cass cafétéria» à Allen.

    Les + ?

    -          Construire des marques alimentaires qui défendent notre patrimoine traditionnel ” dans chacune des 4 branches de la marque. Ainsi, le restaurant propose des frites, mais pas de hamburgers ; elle prépare également des plats nigérians typiques : la semoule de manioc/d’igname, le poulet épicé, le riz jollof et toutes sortes de sauces.

    -          Repas préparés avec des ingrédients régionaux frais et de qualité.

    La qualité : Dans une optique de qualité, l’enseigne a opté pour une « croissance raisonnable depuis les années 1980 ». Ainsi, elle ne compte que 19 restaurants dans de grandes villes nigérianes, qui sont tous la propriété de Mama Cass. Le système de franchise est délaissé afin de garantir une « qualité homogène » (cf. le directeur du développement de l’enseigne, Aziz Kazam), contrairement à la stratégie de ses concurrents « Mr Bigg’s » et « Chicken Republic ».

    Les produits régionaux frais : « C’est le responsable du restaurant qui se charge de l’approvisionnement. Il développe des relations durables avec un tissu de fournisseurs locaux. Compte tenu du réseau électrique défaillant, il n’y a pas de chaîne du froid, nous travaillons exclusivement avec des produits frais et régionaux », explique Aziz Kazam.

    -          Restaurants propres

    La suite ? Le groupe s'est développé dans

    -          la gestion de cantine industrielle

    -          la restauration privée

    -          et l’industrie du pain à échelle industrielle.

     

    Source :

    http://www.mamacassng.com/

    http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2613p092-093.xml0/


  • Fast-food à la nigériane : Mr Bigg’s (1)

    Où ?

    - M. ​​Bigg exploite actuellement plus de 180 restaurants répartis dans 28 des 36 Etats du Nigeria, et ce n'est pas fini

    - A ouvert son premier restaurant international à Accra, au Ghana en 2003

    Quoi ? 

    -          M. ​​Bigg est la plus grande chaîne de restaurants de restauration rapide au Nigeria. Son logo est un « M » jaune sur fond rouge de McDonald’s, renversé sur la droite pour en faire un « B ».

    -          Sa maison mère est le géant agroalimentaire United African Company of Nigeria (UACN, ancienne filiale d’Unilever, à 80 % à capitaux africains).

    - Son slogan est : "What a delicious experience !" (Quelle expérience délicieuse !)

    Quand ? Créé en 1986

    Les + ?

    -          Service et nourriture de qualité.

    Chez Mr Bigg’s, l’approvisionnement se fait à l’échelon national pour le pain et les viandes. Pour pallier les variations de prix, la chaîne achète de gros volumes à tarif fixe, négociés et payés six mois à l’avance. En revanche, chaque restaurant achète ses légumes localement, pour éviter les pertes dues à la mauvaise conservation lors de longs transports.

    -          La fameuse « meat pie » (tourte à la viande) traditionnelle, des sauces ultra-épicées made in Nigeria qui accompagnent les plats, du poulet grillé…

    -          Soutient les écoles, les universités et d'autres institutions dans leurs programmes

    La suite ?

    -          Pionnier de la restauration rapide, c’est le leader incontesté avec 160 restaurants

    -          Mr Bigg’s a enregistré une croissance phénoménale et connaît un succès remarquable

    -          A pour objectif de dominer le marché ouest-africain

     

    Source :

    http://www.mrbiggsonline.com/

    http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2613p092-093.xml0/


  • Fast-food à la camerounaise : Tchopetyamo (2)

    Où ? A Yaoundé. La première enseigne Tchopetyamo est ouverte dans un des quartiers les plus populaires de Yaoundé.

    Quoi ? Un fast-food à l’américaine servant une gastronomie camerounaise authentique, nommé « Tchopetyamo » (littéralement «la bouffe, je t’aime»). Le restaurant propose des menus typiquement locaux, notamment le fameux beignets-haricots, des beignets de farine de blé ou de maïs accompagnés de haricots rouges.

    Les prix ? Selon la taille et la formule, les prix varient entre 400 et 600 francs CFA (entre 0,60 et 0,90 euro).

    Qui ? Créé par un Camerounais ayant longtemps vécu en Suisse avant de retourner au pays:

    «J’ai pensé à ouvrir un McDo ou un KFC, mais c'aurait été du colonialisme», explique l'entrepreneur, qui a constaté l’absence de fast-foods dans le pays.

    Les + ?

    -          L’hygiène et la consommation sur place pour des tarifs similaires pratiqués pour un plat acheté dans la rue dans des conditions hygiéniques parfois douteuses.

    -          La rapidité (véritable fast-food) et le prix.

    -          Tchopetyamo est le seul fast-food au Cameroun. (cf. Mathieu Mvogo, auteur d’un guide touristique online sur Yaoundé)

    La suite ? L’objectif de Tchopetyamo est d’exporter la cuisine camerounaise dans le monde entier tout en respectant des critères d’hygiène et de traçabilité.

     

    Source : http://www.slateafrique.com/2689/tchopetyamo-un-fast-food-la-sauce-camerounaise





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique