• Afrique australe

    L’Afrique australe, c’est :

    v  13 pays…

    v  Une puissance régionale et continentale (l’Afrique du Sud)

    v  2 pays à être sortis de la liste des Pays les Moins Avancés (PMA) (le Botswana et l’Ile Maurice)

    v  2 pays lusophones (l’Angola, le Mozambique)

    v  2 îles et un archipel (Madagascar, l’Ile Maurice, l’archipel des Comores)

    v  2 dictateurs (Mobutu, José Da Silva)

    v  1 régime de transition (Madagascar)

    v  1 femme présidente (Joyce Banda)

    v  2 monarchies (une monarchie constitutionnelle –Lesotho- et une monarchie absolue –Swaziland)

    v  En Afrique : le plus gros producteur de tabac (Zimbabwe), de diamants (Botswana), premier producteur d’or (Afrique du Sud), premier producteur de pétrole (Angola),  premier producteur de cuivre (Zambie),  la première destination touristique (Afrique du Sud)…

    L’Afrique australe est composée des pays suivants :

    ·         Afrique du Sud

    ·         Angola (parfois inclus dans l'Afrique centrale)

    ·         Botswana

    ·         Comores

    ·         Lesotho

    ·         Madagascar

    ·         Malawi

    ·         Maurice

    ·         Mozambique

    ·         Namibie

    ·         Swaziland

    ·         Zambie

    ·         Zimbabwe

  • AFRIQUE DU SUD - La compagnie aérienne "South African Airways"AFRIQUE DU SUD - La compagnie aérienne "South African Airways" 

    South African Airways est la grande compagnie aérienne nationale d'Afrique du Sud, fondée en 1934 par le gouvernement d'Afrique du Sud après le rachat de la compagnie privée Union Airways. Les premiers vols nationaux reliaient Le Cap, Durban et Johannesburg alors que les premières liaisons internationales étaient établies avec les colonies britanniques du Kenya et de l'Ouganda.

    L’incidence du régime de l’Apartheid sur la compagnie

    Les années 1970 marquent le début des années d'ostracisme de l'Afrique du Sud en raison de sa politique d'apartheid et plusieurs pays refusent d'établir des liaisons aériennes, d'autres les suppriment.

    À l'exception des pays voisins, les autres pays d'Afrique ferment leur espace aérien à SAA ou refusent des escales obligeant les vols de la compagnie à contourner le continent africain pour se rendre en Europe et en Israël.

    Néanmoins, la compagnie parvient à développer ses lignes vers l'Asie, notamment Hong Kong ou Taïwan (l'Afrique du Sud est alors l'un des rares pays à reconnaitre la république de Chine de Taïwan).

    Lire la suite...


  • AFRIQE DU SUD - La rivière "Great Fish"

    Les Guerres Xhosas, appelé aussi guerres cafres ou Guerres de frontière, désignent une série de neuf guerres de 1779 à 1879 entre les peuples Xhosa et les autorités coloniales du Cap, d'abord néerlandaises puis britanniques. Ces guerres eurent lieu dans l'actuelle province du Cap-Oriental, en Afrique du Sud, principalement dans les régions situés entre les rivières Fish et Kei . Elles ont débouché sur l'annexion à la colonie du Cap des territoires formant le Ciskei et le Transkei. 

    + En Afrique du Sud, c’est le franchissement par les colons des nouvelles frontières- en l’occurrence, la Fish River- qui a engendré des conflits avec les indigènes :

    Peu de temps avant ou après 1770, le flux de colons blancs au Cap commença à se déverser ou à presser sur certaines frontières géographiques que les autorités avaient espéré maintenir comme frontières de séparation semi-permanentes entre Européens et indigènes. Le mouvement des Boers dans les environs de la Fish River, dans la province du Cap oriental, inaugura une nouvelle phase de confrontation entre les Blancs et les indigènes qui accroissait la perspective d’une guerre endémique.

    Dans la province du Cap oriental, les colons blancs qui traversèrent la rivière Gamtoos et se pressèrent vers l'est en direction de la Fish River, dans les années 1770, entrèrent en collision directe avec un autre groupe démographique en expansion, la branche Xhosa des peuples de langue Nguni d'Afrique du sud-est.

    Lire la suite...


  • (Photo : Ministère de la Santé, à Luanda.)

    Environ 800 médecins cubains travaillent en Angola, tandis que les étudiants angolais en médecine sont envoyés à Cuba pour la formation. Cinq universités et de nombreuses écoles de formation spécialisées développent les capacités humaines en Angola.

    Le ministère angolais de la Santé (Minsa) a lancé quelques projets très importants ces dernières années. La prestation des services de santé est divisé en trois niveaux de soins: primaire, secondaire et tertiaire. Ces niveaux correspondent aux trois niveaux gouvernementaux : district, provincial et national.

    Le financement des établissements de soins primaires a considérablement augmenté et amélioré de façon spectaculaire l'accès géographique aux services de santé de base. Les dépenses de santé par habitant ont augmenté de 38 $ en 2005, à 86 $ en 2007.

    L'Angola est, contrairement à de nombreux pays africains, relativement moins dépendante des dons pour ses soins de santé. 80% des dépenses de santé en Angola proviennent du secteur public. Cependant, en tant que pourcentage du PIB, les dépenses de santé restent faibles, à seulement 2,5% en 2007.

    Depuis 2005, le nombre de médecins en Angola a triplé pour atteindre le nombre d’environ 3 000. Mais l'Angola a aussi terriblement souffert de la fuite des cerveaux, avec une estimation de 70% des médecins angolais vivant à l'étranger.

    Il paraîtrait qu’il y a plus de médecins angolais dans un seul pays étranger, que sur le sol même angolais. Il est essentiel que l'Angola, pour contribuer à son progrès, commence à attirer au pays son personnel qualifié.

    Lire la suite...


  • ANGOLA - Centre commercial Belas Shopping

    Belas Shopping est le premier centre commercial en Angola, situé dans la capitale Luanda. Ouvert le 27 Mars 2007, il comprend 100 magasins, des aires de restauration, des supermarchés et un cinéma de 8 salles. Sa surface de construction est de 28 290 m².

    Lire la suite...


  • ANGOLA - Université Agostinho Neto (Luanda)ANGOLA - Université Agostinho Neto (Luanda)L'Université Agostinho Neto (Universidade Agostinho Neto, UAN) est une université publique angolaise basée dans la capitale, Luanda. Elle est l'une des sept universités publiques en Angola. Jusqu'en 2009, l'Université Agostinho Neto était l’unique université publique, et elle avait des campus dans toutes les villes angolaises majeures. Mais cette année-là, elle fut divisée et ses campus en dehors de Luanda, furent transformées en six universités autonomes, à Benguela, Cabinda, Huambo, Lubango, Malange et Uige. Aujourd'hui l’"Universidade Agostinho Neto" est une université régionale confinée aux provinces de Luanda et de Bengo, mais elle reste la plus grande université en Angola. Alors que jusqu'en 2000, son seul concurrent avait été l'Université Catholique d'Angola, elle est confrontée aujourd’hui à la concurrence d'une douzaine d'universités privées.

    Lire la suite...





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique